Fireball Recovery and InterPlanetary Observation Network

Accueil > FAQ > Généralités

Généralités

- Quels sont les objectifs du réseau FRIPON ?
FRIPON (Fireball Recovery and Inter Planetary Observation Network) est un réseau de 100 caméras fisheye capable de surveiller le ciel français en continu de nuit comme de jour. Il a pour objectif de (1) détecter les météores les plus brillants, (2) retrouver les potentielles météorites immédiatement après leur chute, (3) de retrouver le possible corps parent de la météorite en reliant son orbite à celle d’un astéroïde ou d’une comète connue.

- Combien de bolides très brillants seront observés par le réseau FRIPON ?
Le réseau FRIPON détectera les météores les plus brillants appelés "boule de feu" dont la brillance est supérieure à celle de Vénus (la planète la plus brillante du ciel de magnitude -4). Statistiquement, il est possible de détecter quelques météores par nuit au-dessus du territoire français. Lors des maximums des essaims météoritiques (Léonides, Géminides, Perséides,...), ce nombre devrait atteindre plus d’une dizaine.

-  Combien de météorites seront trouvées chaque année ?
Pour que le météore observé dans le ciel donne une météorite au sol, il faut que la taille du météoroïde qui tombe soit suffisamment importante pour résister à l’ablation de sa matière lors de la rentrée atmosphérique. L’angle d’incidence est aussi important pour la survie du météore. Pour une météorite non metallique, la taille doit être plus grande que un mètre. Un tel corps provoque un météore aussi lumineux que la Lune. Les connaissances actuelles montrent qu’il devrait y avoir une dizaine de météorites par an pouvant atteindre le sol français. Compte tenu des aléas climatiques et des caractéristiques du lieu de chute (végétation dense, relief,..), une ou deux météorites devraient être découvertes tous les ans grâce au réseau FRIPON. Ce chiffre est encore très incertain car le flux d’impact est loin d’être bien contraint, c’est même un des buts de l’opération.

- Comment localiser la chute de la météorite ?
Il est possible de localiser le point de chute de la météorite en déterminant la trajectoire du météore que l’on voit tomber. Cette trajectoire ne peut être connue avec précision que si elle est enregistrée par plusieurs caméras. En effet, deux observateurs espacés de quelques dizaines de kilomètres peuvent observer le même météore sous différents angles s’il passe entre eux deux. En regroupant les données des caméras FRIPON, un calcul par triangulation permet de déterminer la trajectoire du météore dans l’atmosphère. Lorsque le météore cesse de briller (typiquement autour de 20 km d’altitude pour les météores brillants), la météorite rentre dans une phase intitulée "dark flight" ou "vol sombre". La météorite tombe alors en chute libre à faible vitesse (quelques centaines de km/h), sa trajectoire est influencée par les vents. L’accès aux données Météo France (radar, profil des vents) permet de calculer l’ellipse de chute de la météorite.

- Quand devrait fonctionner le réseau FRIPON ?
L’année 2014 est une année fondatrice pour le réseau FRIPON. Le financement de l’Agence Nationale de la Recherche a commencé en janvier 2014. Les premières caméras ont été installées en 2015, la finalisation du réseau se fera début 2016. Au cours de cette période les ingénieurs FRIPON ont développé un programme d’acquisition et de détection des météores appelé FreeTure. En parallèle nous avons développé une suite logicielle pour calculer les orbites et les zones d’impact des météorites. Le réseau sera donc fonctionnel en 2016, nous mettrons aussi en ligne de moyens pour diffuser les images obtenues par toutes les caméras.

- Qui développe le projet FRIPON ?
L’équipe responsable du projet FRIPON est constituée d’une dizaine d’ingénieurs et de chercheurs de l’Observatoire de Paris, du Muséum National d’Histoire Naturelle et des laboratoires GEOPS (Géosciences Paris Sud), LAM (Laboratoire d’Astrophysique de Marseille), CEREGE (Centre de Recherche et d’Enseignement de Géosciences de l’Environnement) et IAS (Institut d’Astrophysique Spatiale).

- Quelle est la structure du réseau FRIPON ?
L’équipe responsable gère le réseau national constitué de 29 pôles régionaux et 79 pôles locaux. Chaque pôle possède une station de détection avec une caméra. Dans chaque région administrative se situent un ou deux pôles régionaux qui ont chacun en charge d’animer le réseau local constitué de 3 à 9 pôles locaux.

- Combien de temps va fonctionner ce réseau ?
Le réseau FRIPON est parti pour fonctionner un minimum de 10 ans. L’idée est de pouvoir faire des statistiques, en 10 ans on devrait trouver 20 météorites et mesurer plusieurs milliers d’orbites.

- Comment se dérouleront les missions de recherche des météorites ?
Les zones concernées par les chutes seront typiquement de l’ordre de la trentaine de km2, bien trop vastes à parcourir pour un petit nombre d’individus. L’idée est de s’appuyer sur un réseau citoyen afin de constituer des viviers locaux de « retrouveurs de météorites ». Le programme de science participative Vigie Ciel(mis en place à partir de 2015) propose au grand public la possibilité de participer à ces campagnes de recherche. Le public intéressé devra se former au préalable à la reconnaissance des météorites grâce aux supports pédagogiques proposés dans le futur par la plateforme Vigie Ciel.